Jusqu’à Skagway

Nous sommes arrivés près de Skagway. Mais voilà le récit des jours précédents.

Mercredi 7 juin, nous avons trouvé un sac au milieu de la route au kilomètre 460 de l’highway. Il n’y a pas de coordonnées ; (  Nous le déposons sur le bas côté avec un p’tit mot et nos coordonnées.

Boya lake provincial park campground, au kilomètre 640, sera l’étape phare de la semaine. Le soleil est au rendez-vous l’eau est turquoise, il ne reste plus qu’à enfiler son maillot et on se jette à l’eau. Ça saisit un peu mais quel bonheur de plonger dans ces eaux claires avec une température extérieure de 26 °C. C’est sans aucun doute la lieu à ne pas louper le long de l’highway, détente assurée. En tout cas pour nous les conditions étaient optimum.

Nous sommes arrivés dans le Yukon. Nous roulons beaucoup pour traverser ses grands espaces au milieu desquels quelques stations services sont parsemées.

Carcross, dernière ville avant la frontière, est une jolie bourgade même si cela faisait longtemps que nous n’avions pas vu autant de touristes au cm². Nous passons la frontière des USA dans l’après-midi. Notre visa est donc déclenché. Nous devrons être sortis des Etats-Unis au plus tard, le 10 décembre.

Nous visitons Skagway, qui est également ultra touristique, les ferrys sont en attentes des visiteurs en excursions. Ce n’est donc pas le coup de coeur, ça respire « Euro Disney ». Nous filons en soirée à Dyea pour passer la nuit mais pas toujours facile de trouver le bon chemin quand même google maps n’a pas référencé l’adresse.

Le 12 juin 2017, nous ne quittons pas Dyea de la journée. Ville fantôme mais pas d’angoisse en perspective. Nous rejoignons le « Ranger Tour » l’après-midi à 15 heures, enfin avec une heure d’avance puisque nous n’avons oublié de changer nos montres et l’Alaska a une heure de décalage avec le Canada, et par conséquent, 10 heures avec la France. Clovis aura vu son talkie-walkie, 10 fois plus grand que les siens.

Il nous rappelle les points historiques liés au site, l’ancien glacier, les transformations géologiques, l’éruption et la disparition de la ville, pendant la ruée vers l’or, qui a migré vers Skagway à l’arrivée du chemin de fer. Il est très surprenant de constater qu’il n’y ait quasiment aucune trace des activités passées.

Je vous embrasse et vous remercie pour tous les commentaires que vous nous laissez et qui nous font très plaisir.

par Isa

 

6 réponses sur “Jusqu’à Skagway”

    1. Ils étaient super mignon à observer depuis le camping car mais je ne m’aventurerais pas à les approcher avec maman qui veille au grain. Alors…non je ne tiendrai pas le défit ! ; )

  1. Moi qui cherchais un endroit pour faire un stage photo, c’est avec vous qu’il fallait que j’aille ! 🙂
    C’est magnifique !
    Merci de nous faire partager vos découvertes : nous avons un peu l’impression d’être en vacances en vous lisant…

    Bisous à tous les quatre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.